Les deux secrets bien gardés, des Champions du monde, transposables en management ?

Publié le Publié dans Type B2

Quels sont les deux secrets bien gardés, des Champions du monde, transposables en management ?

Quel est le point commun entre ces trois photos ? 

Echec programmé
Echec programmé

Difficile à dire au premier abord.

Dans la première, je suis heureux, je viens de célébrer un succès, celui de ma remise de diplôme de coach professionnel RNCP I (coach individuel et collectif, niveau Master II Bac+5)

Dans l’autre, je suis à l’arrivée d’une course de vélo en montagne, à Morzine, il y a un an. Et bien que je suis à l’arrivée de la course, avec mon frère, la médaille de finisher autour du cou, je ris jaune et on peut voir sur mon visage le masque de la déception. Pire j’ai honte de moi. Nous sommes à 1 mois de mon objectif, finir l’étape du tour de France amateur. 156km et 4400m de dénivelés +. J’ai débuté le vélo il y a peine 1 an.

Peu de temps après la prise de cette photo, je suis avec Matthieu mon frangin, à boire une petite bière (la récompense du guerrier après l’effort), et je lui confie que je ne suis pas prêt, que c’est un échec, que j’ai flanché dans le dernier col, rattrapé par les crampes. Je ne suis pas certain de me présenter au départ de le course pour laquelle je me suis préparé depuis 1 an.

Dernière photo, nous sommes 1 mois après, je finis l’étape du Tour, sans difficulté, plutôt frais, mais surtout fier et heureux d’avoir réussi « mon exploit » à moi !

Pour mon diplôme de coaching, il s’était produit la même chose, 3 mois avant l’examen, à l’occasion de l’examen blanc, je me suis planté. J’étais au fond du trou !

Même constat, je suis nul, je suis un craqueur….Bref, le discours interne négatif qui abîme l’estime de soi, altère la confiance et enclenche le cercle vicieux annonçant l’arrivée d’un échec programmé.

Pourtant, trois mois plus tard, je reçois mon diplôme, avec de très bons résultats, alors que quelques mois plus tôt, je n’en menais pas large !

Alors que c’est-il passé ? Comment je m’y suis pris ? Quel est ce secret, que je voudrai partager avec toi qui m’a permis de réussir ?

Le principe de l’échec programmé !

Quelles leçons en ai-je tiré ? Et bien c’est l’acceptation de l’échec !!! Je suis certain qu’inconsciemment ces échecs étaient nécessaires et programmés !! Si si je t’assure. En fait en me retournant, je me rends compte que cela fait parti de mon histoire de vie. J’ai besoin de vivre l’échec pour réussir !!! Mon Bac, mon monitorat de plongée, mon mariage…

L’entrainement, c’est pas le jour de la compétition. Ce qui compte c’est d’être prêt le jour J !!!!

Se mettre dans les conditions de préparation au plus proche du réel, c’est pour apprendre, se préparer. Vivre l’échec, c’est préparer le succès de demain (à une condition quand-même)

Ça veut dire pour moi, que l’échec programmé, fait parti du jeu. C’est un switch mental déterminant !!!! Philippe Lucas avec Laure Manaudou, créait des entrainements tellement dure qu’il créait l’échec, pur la faire faire capitaliser et rendre le jour de la compétition plus facile. Bon OK Philippe Lucas, on aime ou on aime pas, mais la philosophie de l’entrainement était là !

Accepter de vivre l’échec, c’est accepter de se fixer un objectif très ambitieux pour mettre en oeuvre les plans d’actions nécessaires.

Cette course de préparation a été un semi échec. Un échec car j’étais déçu certes, mais surtout une victoire car j’ai pu analyser et surtout j’ai appris et compris ce que je devais faire pour réussir. Et c’est ce qui s’est produit.

Idem pour ma certification de coaching. Cet examen blanc à demi râté, m’a permis de comprendre ce que je devais travailler pour être performant.

Alors oui, bien entendu, vous allez me dire que si j’avais réussi, cette course de préparation et mon examen blanc, cela aurait était bon pour la confiance.

C’est très vrai, à condition de resté bien concentré, et de maintenir l’exigence est l’intensité jusqu’au jour J pour éviter le stress de sous pression, celui qui nous maintien dans une pseudo routine léthargique et qui nous fait passer à coté, car pas assez mobilisé au moment de l’enjeu.

Ce que j’ai retenu pour moi, c’est de programmer, dans ma préparation, de me mettre en condition réelle, pour m’étalonner, de mettre des objectifs haut, donc d’accepter l’échec à court terme, pour au contraire préparer le succès futur. En agissant ainsi, je m’enlève la pression du résultat, celle de vouloir trop bien faire. Au contraire, je vais me concentrer sur l’action, celle qui me permettra d’atteindre mon objectif le jour J. C’est une approche mentale différente, qui permet, de ne pas abîmer sa confiance en soi (son estime de soi pour être plus précis) et donc de cramer moins d’énergie psychique et mentale !!!! Car arriver dans le bon niveau de fraicheur est tout aussi capital !

Le secret de la préparation mentale et des grands champions !

Mais alors c’est quoi ce secret qui m’a permis de passer de l’échec au succès ? Car oui, il m’arrive de me perdre pour un grand champion, de moi même !!!!

Stéphane DIAGANA disait, « avant d’être champion du monde, il faut être champion de soi même ! » 

Le Débriefing. Prendre 30’ à froid, pour se refaire la vidéo de la course, de l’évènement. Partager ce débriefing avec quelqu’un ; un coach, un ami expérimenté, son manager dans le monde de l’entreprise. Ce qui a bien marché : conscientiser pour capitaliser et dupliquer à l’infini ce qui fonctionne:

  • La prépa physique générale
  • La perte de poids
  • Les réglages du vélo
  • L’aisance en descente
  • La gestion de la tenue
  • La préparation logistique du voyage, le rétro planning d’avant course

Ce qui n’a pas bien marché : (conscientiser pour capitaliser. Définir des actions concrètes correctives) Ex dans ma course : 

  • Pas assez de repos la veille de la course. Dette de fatigue.
  • Monter les premiers cols en gérant mon intensité pour garder du jus pour la course.
  • M’alimenter plus régulièrement ; boisson toutes les 10’, alimentation toutes les 30’.

Qu’est-ce qui pourrait m’empêcher de :

  • Pour éviter l’euphorie dans les premiers km, s’obliger à partir doucement. Ma stratégie a été de repérer dans le peloton des femmes de bons niveaux et de me mettre dans leur roue car les femmes, à l’inverse des Hommes, sont plus linéaires et régulières dans leur montée.
  • Pour éviter d’oublier de m’alimenter, utiliser un timer.

Quelle future application ?

Le 16 juin prochain, je retourne donc faire cette étape à Morzine, en vue de mon objectif 2019, l’étape du tout de France en Juillet prochain. J’y vais pour m’entrainer, c’est à dire dupliquer ce qui marche bien. Cette année, je veux arriver au pied de Joux Plane, le dernier col Mythique de l’épreuve, frais pour le monter en allant chercher des allures plus rapides.  Dans la perspective de l’étape du tour cet été, l’arrivée se fera au sommet après une très longue ascension. A l’entrainement, l’idée est de me préparer mentalement à rouler plus fort, en fin d’étape sur un état de fatigue prononcé, pour habituer l’organisme.

J’ai un compte à régler avec ce col par rapport à l’an dernier !

Alors pour toi, en synthèse, je te donne ces deux conseils :

  • prône le droit à l’erreur programmée. A objectifs ambitieux, plutôt que de mettre la pression sur l’obligation de résultat, invite les gens à oser se mettre en échec, pour apprendre de leurs erreurs et construire la performance future attendue .
  • Utiliser le débriefing comme l’arme et l’art absolu pour faire capitaliser, apprendre,  développer la confiance et l’estime de soi, socle de base indispensable à la performance !!!

Si cette article t’a plu, laisse moi un commentaire juste en dessous, partage le avec le plus grand nombre. Inscris toi à la newsletter si ce n’est pas encore fait, ou encore sur la page FACEBOOK ou la chaine YOUTUBE. Tu recevras ainsi d’autres conseils, astuces et bonne pratiques !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.