Comment rater son RECADRAGE ? 3 erreurs à éviter !

Publié le Publié dans Management

Quelles sont les réactions de nos collaborateurs qui nous font peur ? Les réactions d’agressivité, les réactions d’énervement ou au contraire les personnes qui finissent en larme.

 

 

Transcription de la vidéo :

– Michel qu’est-ce qu’il t’arrive, je viens de voir Mireille sortir de ton bureau elle avait l’air de pleurer, il y a un truc qui ne va pas ?

– Ben écoute je ne sais pas ! Je l’avais convoquée parce que hier elle s’est engueulée avec une fille de l’équipe. Là je lui ai dit quand même que ça suffisait, qu’il fallait que maintenant, qu’elles se prennent le temps au moins de se dire bonjour le matin ! Parce qu’elles ne se disent pas bonjour le matin ! Et je ne comprends pas, elle s’est d’abord énervée et la minute d’après elle est partie en pleurant. De toute façon chaque fois c’est comme ça que ça se finit.

Comment rater son entretien de recadrage ? 3 erreurs à éviter

Quelles sont les réactions de nos collaborateurs qui nous font peur ? Les réactions d’agressivité, les réactions d’énervement ou au contraire les personnes qui finissent en larme.

Je te propose de te raconter l’histoire de Michel qui a raté son recadrage et ensemble on va essayer de comprendre ce qu’il s’est passé. Dans cette courte vidéo, je vais t’expliquer pourquoi Michel et tant d’autres managers ont peur à l’annonce d’un entretien de recadrage. Je vais t’expliquer aussi pourquoi finalement ce qu’ils redoutent le plus, finit toujours par arriver.

Enfin je vais te donner les 3 erreurs à éviter et surtout les 3 clés concrètes pour mener des recadrages de manière respectueuse et dans le calme.

 

Bonjour, je suis Arnaud Lelouette l’entraineur et le coach des manageurs qui se bougent pour être performant, heureux et prendre du plaisir dans leur job.

Alors clique tout de suite sur le logo en bas à droite pour t’abonner à ma chaine YouTube et si tu veux recevoir un super cadeau gratuit, il te suffit de cliquer sur le lien, t’abonner à la newsletter un peu plus bas.

Recadrage, recadrer, comportement, erreur, collaborateur, entretien, faits non vérifiés

Quand je rencontre Michel, celui me fait part de son angoisse de ses craintes à l’approche de l’entretien de recadrage avec une de ses collaboratrices et en particulier un comportement irrespectueux entre deux collaboratrices. Et quand je lui demande comment il se sent avant l’entretien, il décrit qu’il est dans sa bulle, fermé, qu’il joue frénétiquement avec son stylo et quand je lui demande d’évoquer quelles sont à ce moment-là ses pensées. Forcément il imagine il pense à la collaboratrice qui pourrait s’énerver, qui pourrait pleurer et ça, ça l’angoisse. Et du coup ce qu’il fait, il se prépare en essayant d’imaginer toutes les hypothèses, toutes les objections que pourrait faire la collaboratrice et devant chaque objection il fait une réponse.

1ère erreur surpréparation

En fait ce qu’il est en train de faire, il est en train de sur-préparer. Et le risque de sur-préparer, ça va être justement de vouloir tout dire et quand on sur-prépare et qu’on veut tout dire finalement plutôt que de rester centré sur soi et de dire simplement les choses. On va monopoliser la parole, de peur à un moment donné d’être exposé à l’émotion de l’autre mais en aucun cas cela ne va l’empêcher ça risque surtout même de l’accélérer.

-Ok Michel, comment lui avez-vous dit les choses ? D’abord j’ai dit que ce n’était pas bien ce qu’elle avait fait, qu’il fallait surtout pas qu’elle recommence parce que c’est irrespectueux et cela nuit à l’équipe. Que le matin, c’est poli de dire bonjour, y compris à cette fameuse personne qu’elle aime moins. Parce qu’il y a plein de gens qui l’ont vue et moi je veux qu’il y ait une bonne ambiance.

– Ok Michel, et quand vous lui avez dit ça, comment a-t-elle réagit ? »

Recadrage, recadrer, comportement, erreur, collaborateur, entretien, faits non vérifiés– Ben j’étais surpris, parce que je suis resté calme, pourtant elle s’est énervée. Elle n’a pas compris, oui pourquoi c’est toujours moi la responsable, et l’autre on ne lui dit rien. Pourtant je suis resté calme je n’ai pas voulu l’agresser, voilà c’est mon rôle de chef que de lui dire que ce n’est pas bien de ne pas dire bonjour, il faut essayer de parler poliment aux gens, utiliser le bonjour, peut être que ça éviterait qu’elle semble, voilà. J’ai fait ce que je pensais devoir faire.

Ok Michel et combien de temps avez-vous parlé pendant l’entretien ? Là Michel me dit qu’effectivement elle avait très peu parlé parce que chaque fois qu’elle voulait exprimer quelque chose, il essayait quand même de la convaincre.

En interrogeant Michel : Michel pour vous, ce que je comprends c’est que l’ambiance de travail c’est quelque chose de capital n’est-ce pas ?

-Ah oui Michel répond ben oui dans la vie, il faut être poli. On n’a pas le droit de ne pas dire bonjour, c’est quelque chose d’important. Moi je ne supporte pas qu’on ne dise pas bonjour, je ne supporte pas qu’il y ait une mauvaise ambiance, c’est quelque chose que je ne veux pas pour mon équipe.

-J’ai bien compris mais finalement pourquoi est-ce un problème qu’elles ne se disent pas bonjour ? Et là Michel s’arrête deux secondes. Bon finalement ce n’est pas qu’elles ne se disent pas bonjour, c’est qu’elles sont jalouses l’une de l’autre. Et finalement elles se dénigrent les unes des autres par derrière et ça a un impact sur l’équipe, sur l’ambiance de l’équipe puis surtout ça entraine l’équipe puisque forcément les gens sont pollués par ça. D’ailleurs j’ai deux collaborateurs qui sont venus s’en plaindre.

2ème erreur le jugement de valeur

 Voici donc la deuxième erreur, Michel est tombé dans le piège du jugement de valeur. La façon dont il en parle, il faut, tu dois, quelque part il insinue le jugement de valeur. Et chaque fois qu’une personne va se sentir juger par des petits coups d’épingles, il faut, tu dois sur cette valeur qu’est-ce qu’elle fait, on donne un uppercut dans le système de l’un de l’autre ce qui crée une relation émotionnelle qui va être donc soit de l’énervement soit la tristesse, soit parfois l’abattement.

OK Michel quels sont les faits concrets que vous avez à reprocher ?

En effet les faits concrets sont non seulement il y a eu du dénigrement pendant toute la matinée, ça a été remonté par des collaborateurs mais en plus il y a eu une altercation vive à haute voix juste après le briefing, à une heure très très précise et ça, ça a été reporté par un autre manager témoin de la scène et voilà.

3ème erreur des faits non vérifiés

Troisième erreur dans laquelle est tombé Michel, c’est de ne pas s’arrêter sur des faits concrets, vérifiés. Et des faits concrets vérifiés qui soulignent un écart de comportement par rapport à quelque chose qui est de l’autre du règlement intérieur.

Bon ok Michel si vous deviez le refaire maintenant, comment lui diriez-vous les choses ?

Valoriser

Ben je crois déjà que je commencerai par dire voilà c’est quand même une bonne collaboratrice qui est professionnelle et sérieuse.

Exprimer les faits vérifiés

Que hier matin, à l’issue du briefing une altercation qui a été remontée par un manager et qui s’est suivi pendant une heure de dénigrement dans le dos de l’une de l’autre !

Conséquences sur l’équipe

Ça a un impact sur l’équipe parce qu’il y a deux personnes de l’équipe, leurs collaborateurs, leurs collègues se sont plaints et ont remonté l’information.

Écart de comportement, pas acceptable

Ça, ce n’est pas acceptable parce que ça nuit à l’efficacité du travail, ça nuit à la performance de l’équipe et du coup par ricochet ça nuit à l’ambiance. Et ça, moi en tant que manager, ben ce n’est pas quelque chose que je ne peux accepter.

 

En synthèse :

Première erreur, ne pas tomber dans le jugement de valeurs,

Deuxième erreur possible, surtout bien vérifier les faits et adosser ces faits à un règlement ou à un process ou à une norme pour éviter justement de juger les gens. Et bien de parler de l’écart de comportement par rapport à une règle.

Enfin troisième erreur et donc solution , c’est que dans sa préparation, rester centré sur soi, ne pas penser à l’émotion que ça va créer mais plutôt se concentrer sur ce qu’on doit dire et pendant la préparation se préparer à accepter que la personne , effectivement sera démotivée, risque peut être de s’agacer ou d’être touchée émotionnellement par de la tristesse. Mais sa c’est sa responsabilité à elle, c’est son émotion à elle, en aucun cas, c’est vous qui l’aurez provoquée par en tout cas votre comportement et votre attitude.

C’est à vous de jouer, à vous de préparer vos recadrages dans le calme pour avoir une attitude posée, calme et respectueuse. Si cette vidéo vous a plu, mettez moi des pouces mettez moi des like, partagez avec le plus grand nombre, merci d’avance cela participera à ma notoriété si vous n’êtes pas encore abonné à la chaine, écoutez c’est maintenant, il suffit de cliquer sur l’un des petits nouveaux juste ici présent si toutefois vous n’avez pas encore reçu votre cadeau gratuit bonus, il suffit de cliquer juste en dessous sur le lien  de la newsletter, en attendant je vous souhaite une bonne semaine, un bon entrainement, à bientôt au revoir.

 

 

Une réflexion au sujet de « Comment rater son RECADRAGE ? 3 erreurs à éviter ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *