Comment réussir sereinement ta délégation ?

Comment réussir sereinement ta délégation ?

Et oui tout le monde sait !..je sais bien je dois déléguer…. C’est bon quoi !! le sketch de la délégation, c’est bon je connais … !!! Et pourtant ! Tu as peut-être des difficultés à déléguer, tu as des jeunes à former, tu dois les accompagner, tu as envie de leur consacrer du temps.  Mais ton temps, en même temps, n’est pas extensible.

Et non seulement tu cours après le temps mais en plus tes collaborateurs ont pris l’habitude de te solliciter en permanence pour tout, pour rien ! Comment je change le toner de l’imprimante ?  Est-ce que je dois faire un mail pour répondre à la personne ? Ou au contraire il y a certains qui ont même pris l’habitude parfois, alors c’est encore plus agaçant, de prendre des initiatives sans t’en parler, et comme par hasard, des fois ce n’est pas la bonne initiative, ils font des erreurs et qui est-ce qui se trouve à devoir tout gérer et bien oui c’est toi ?.

Bref tu n’arrives plus à prendre du temps pour toi, tu es probablement stressé, irrité, irritable et puis ça commence à se sentir au boulot et même à la maison. Bref tes collaborateurs te font chier mais chier ! tu es presque certains de les emplâtrer, les défenestrer.

Alors rassure toi tu n’es pas seul dans cette courte vidéo, je vais te raconter l’histoire de trois managers que j’ai accompagnés la semaine dernière, en collectif, qui ont le même souci, pour te réconcilier, ou te réconforter, la délégation, c’est l’un des sujets les plus importants et les plus complexes à travailler.

Mais avec l’astuce que je vais te donner, tu vas pouvoir à la fois construire ta performance, mieux gérer ton temps, accompagner la prise d’initiative de tes collaborateurs et surtout de retrouver le plaisir de travailler dans une bonne ambiance.

Bonjour, je suis Arnaud Lelouette l’entraineur et le coach des managers qui se bougent pour être performant, heureux et prendre du plaisir dans leur job. Et toutes les semaines, je partage des expériences en termes de management de la performance, management de la motivation, connaissance de soi, et de l’efficacité personnelle. Alors clique sur le logo juste en bas à gauche pour t’abonner et ne rien rater justement de ces précieux conseils ou si tu préfères les recevoir par email, il te suffit de cliquer le lien un peu plus bas et en plus tu recevras un cadeau gratuit de bienvenue.

Comment garantir la performance avec de nouveaux collaborateurs?

Alors depuis plusieurs mois maintenant j’accompagne un groupe de managers en entrainement collectif, et justement nous étions en train d’aborder le thème de la délégation. La mission de ce groupe de managers, en ce moment est complexe. Elle consiste à la fois garantir la performance mais en même temps d’intégrer beaucoup de jeunes collaborateurs avec les soucis de les fidéliser et de très très vite, leur donner les outils de la performance.

Dans ce groupe de managers, il y en a deux particulièrement qui sont très stressés qui sont très impactés. En effet, eux, sont concernés par une équipe qui a bougé quasiment à 80%, en tout cas 75 à 80 % de leurs collaborateurs ont moins d’un an. Et donc ils sont pris à la fois dans le besoin de tout vérifier pour éviter qu’il y ait des erreurs. Et en même temps à la fois  de réclamer du temps pour sortir la tête du guidon, pour prendre de la hauteur, du recul.

Voici les astuces pour garantir les performances :

Alors voilà le travail que nous avons mené avec managers et donc voilà la clé, l’astuce que je vous propose, s’appelle exercice du « Je délègue tout sauf ».

Prenez une feuille de papier A4 et mettez-vous autour d’une table avec votre collaborateur ou avec vos collaborateurs et posez-vous cette première question.

déléguer, performance, Arnaud LelouetteJe te permets à toi collaborateur, tu peux décider seul et faites la liste de tous les sujets sur lesquels que votre collaborateur décide seul. Décidez seul, veut dire qu’il n’a plus à vous demander s’il peut, s’il doit, si c’est bien, si ce n’est pas bien. Vous attendez de lui, que maintenant, il prenne l’initiative. Mais sur ces sujets-là, maintenant il est autonome.

 

Deuxième question, moi collaborateur, je peux avec toi, mon manager, partager les décisions et notez les.

Partagez les décisions, c’est des décisions qui pourraient avoir un impact important et dont le risque d’erreurs est plus important.

Alors pour vous donner la différence entre les deux :

Moi quand j’étais manager, mon patron me disait voilà tu peux embaucher un CDD seul, je viendrai voir pendant la période d’essai mais en amont, on prend la décision de t’engager, c’est à toi de faire. En revanche au moment d’embaucher un CDI, parlons-en ensemble pour nous assurer ensemble que la décision soit la bonne, le choix du collaborateur, le type de contrat, le type de mission.

D’accord ? Pourquoi ? parce que lorsqu’on appuie sur le bouton de cette décision, il peut y délégation, performance, Arnaud Lelouetteavoir des conséquences mais c’est bien que le collaborateur doit être à l’initiative de la décision et qui lui doit aussi doit apprécier s’il en parle avec son manager ou pas ! Donc mettez-vous au clair, vous, sur ce que vous attendez et la légitimité que vous donnez de décision au collaborateur. Et puis en fait il y a toi, collaborateur tu devras attendre ma validation sur les sujets suivants. Tu ne peux pas décider seul, et ces sujets-là, on en parle ensemble.

Alors là encore il peut vous les soumettre. Par exemple moi j’avais des investissements à faire sauf que passé un certain chiffre je devais là par contre attendre la validation de mon manager je ne pouvais pas faire sans lui.

Alors, faites cet exercice, vous allez voir, il va vous apporter quatre bénéfices.

  • Dans un premier temps, il va permettre à vous de clarifier vous-même ce que vous déléguez de ce que vous ne déléguez pas.
  • Deux, du coup, ça va permettre de rendre la chose très explicite.
  • Troisième bénéfice, ça va obliger vos collaborateurs à se responsabiliser, sur leur territoire d’action.
  • Quatrième bénéfice, ça va du coup vous libérer du temps pour vous mobiliser sur l’essentiel de votre activité.

Alors c’est intéressant parce ce quand on a fait ce travail avec tout ce groupe, en particulier ces deux managers dans le traitement collectif dont je vous parlais, un des managers, lui, a témoigné. Ben moi depuis quelques temps, l’organisation, l’animation des réunions collectives hebdo. Je les ai déléguées à mes collaborateurs. J’interviens à des moments de la réunion sur des sujets importants pour donner un avis mais j’ai tout délégué et ben ça marche, ça fonctionne, ça nous libère du temps. Ce n’est pas anti dynamique au niveau de la performance,

J’ai mes collaborateurs du groupe qui sont vachement plus impliqués, plus responsabilisé et dans la vie de l’équipe et puis ben il n’y avait qu’à maintenant de leur donner le champ libre et c’était très intéressant son témoignage.

Prend une feuille A 4, réunis tes collaborateurs répondez ensemble à ces 3 questions de manière à faire que les choses soient claires !

Alors c’est à toi de jouer, je t’invite à prendre une feuille A4, de réunir tes collaborateurs et ensemble de répondre à ces 3 questions et surtout de me laisser un commentaire un peu plus bas et me dire ce que cela t’a apporté à toi manager et à vous collectivement, l’équipe !

Clique sur les pouces bleus si cette vidéo t’a plu et t’a apportée quelque chose. Clique sur les liens ici présents pour t’abonner et ne rater aucun de ces conseils en management ou clique sur le lien plus bas pour recevoir par mail chaque semaine des news en termes de management, tu recevras ainsi ton cadeau gratuit de bienvenue. En attendant, je te souhaite une bonne semaine, un bon entrainement.

A très bientôt au revoir.

 

 

 

Une légende nous confie sa méthode !

Sir alex ferguson wayPlus qu’un entraineur, Sir Alex Ferguson c’est avant tout « une méthode de management ». Une méthode qu’il vous faut absolument intégrer.

C’est bien simple, il a tout gagné : 13 championnats d’Angleterre, 5 Fa Cup (l’équivalent de la Coupe de France) et 2 ligues des Champions, sans oublier les autres compétitions nationales et internationales. Soit un total de 38 trophées. Un record qui ne risque pas d’être battu de sitôt. « Steve Jobs était Apple. Sir Alex Ferguson est Manchester United », a affirmé l’ancien président du club, David Gill. Raison de plus de s’intéresser aux méthodes de ce manager hors du commun.

sir alex et beckamFaites confiance aux juniors

Alex Ferguson a tout de suite voulu s’inscrire dans la durée. « Dès l’instant où je suis arrivé à Manchester United, je n’ai plus pensé qu’à une chose : bâtir un club de football, et le bâtir de A à Z », explique-t-il dans le Business Harvard Review. Pour cela, les jeunes talents doivent être mis en avant. C’est comme ça qu’il a fait éclore le talent de David Beckham, Ryan Giggs ou encore Paul Scholes. Des joueurs qui marquent encore l’histoire du club. « Quand vous offrez leur chance à des jeunes, vous n’allongez pas seulement la durée de vie de l’équipe, vous fabriquez de la fidélité ». Et, aux yeux de Sir Alex Ferguson, ça n’a pas de prix. Aussi, faites comme lui, recrutez des jeunes. Vous pouvez être certain qu’ils vous « vous étonneront au-delà de ce que vous pouvez imaginer ».

Sir alex ferguson motivationDonnez-leur une mentalité de gagnant

Au-delà des considérations tactiques et techniques, Alex Ferguson est reconnu pour être capable d’insuffler ses valeurs de gagnant à ses joueurs. « Nous n’avons jamais toléré une séance d’entrainement médiocre », affirme-t-il. Le boss ne laisse jamais rien passer. D’ailleurs, il a toujours cherché à recruter des mauvais perdants : Roy Keane, Cristiano Ronaldo, Éric Cantona, etc… La liste est longue. « Les superstars à gros égo ne constituent pas un problème, contrairement à ce que pensent beaucoup de gens. Ces joueurs-là ont toujours besoin de gagner , car c’est la victoire qui caresse leur égo ». En clair, poussez vos collaborateurs à faire preuve de détermination, à ne jamais lâcher prise sur leurs objectifs. Ils doivent sentir qu’ils sont dans l’équipe d’un gagnant.

Sir alex ferguson ronaldoCommuniquer le message au bon moment

Malgré sa réputation d’homme colérique, Sir Alex Ferguson s’est toujours efforcé d’adapter son discours en fonction de la situation. À chaque fois qu’il annonçait à un de ses joueurs qu’il ne jouerait pas, il commençait par : « je commets peut-être une grosse erreur, mais aujourd’hui, je considère que c’est la meilleure équipe possible ». Ce n’est pas en écrasant quelqu’un qu’on le motive.

« Personne n’aime être critiqué . Et peu de gens s’améliorent grâce à la critique », a-t-il toujours répété. Et pourtant, il faut bien les dire. Lui a toujours énoncé ses remarques à la fin du match. Après, c’était plus le moment. Et après, terminé. « Cela n’a pas de sens de critiquer un joueur sans arrêt ». Après les mauvais points, le manager des Red Devils a toujours voulu inspirer de la confiance à ses équipes. Des encouragements qui peuvent se résumer à « bien joué ». Deux mots qui, à ses yeux, furent « les plus beaux jamais inventés ».

Manchester United football club managerNe perdez jamais le contrôle

Sir Alex l’a répété sous toutes ses formes : « vous ne devez jamais perdre le contrôle ». Qui plus est lorsque vous gérer trente millionnaires à peine majeurs. Avec Ferguson, on ne viole pas les principes. Sur ce point, il est intraitable. Et qu’on s’appelle Roy Keane, David Beckham ou Éric Cantona n’y change rien. « Je me suis dis que je ne laisserai personne avoir plus de poids que moi. Votre personnalité doit être plus trempée que celle de vos joueurs ». Et si l’entente ne revient pas, il faut couper les ponts. « Il n’y a pas d’autres solutions ». Le club, comme l’entreprise, sera toujours plus important que n’importe quelle star. « Il ne s’agit pas de rechercher l’affrontement, ni des occasions de manifester son pouvoir : il s’agit d’avoir le contrôle de la situation et d’exercer son autorité quand un problème survient ».

Sir alex observerDéléguer pour mieux observer

À force de vouloir toujours tout contrôler, on n’en oublie l’essentiel. Par exemple, Alex Ferguson délègue toujours les séances d’entrainement à ses adjoints. Un temps qu’il consacre à l’observation de tout : forme physique, état mental, dynamique du groupe. Une foule de détail qui lui a permis d’améliorer son niveau d’expertise. « Peu de gens comprennent vraiment la valeur de l’observation ». C’est ce qui vous permet d’avoir le coup d’œil, bref de faire la différence avec les concurrents.